Critique de David et Madame Hansen

Note: 7,5/10

Après le succès de Kaamelott sur petit écran et fort d’une fanbase plutôt active, Alexandre Astier saute le pas et tente le passage sur le grand écran. Pour l’occasion, il ne recrute ni plus ni moins qu’Isabelle Adjani, excusez du peu, pour un film qui pouvait laisser circonspect au vu du point de départ.

Alexandre Astier joue lui-même le rôle de David, ergothérapeute chargé d’accompagner Madame Hansen lors d’une sortie hors de la clinique Suisse dans laquelle elle séjourne, suite à un traumatisme important. David va alors se retrouvé entraîné dans une équipée presque sauvage qui le mènera jusqu’à Aix-les-Bains et jusqu’à l’histoire de sa patiente.

On fait un saut en ville et on revient.

Astier, réalisateur, scénariste, acteur et compositeur, tire toutes les ficelles sur ce premier long. Pari risqué, surtout sur un sujet aussi délicat. On connaissait le talent de l’homme pour nous faire rire et ses talents d’orateur (quelle voix, au passage), mais un peu moins ceux consistant à nous émouvoir et à nous charmer. C’est ce qu’il réussit ici, en proposant une œuvre à la fois simple, juste, tendre, oscillant sans cesse entre humour et émotion.

Le personnage d’Adjani, fragile et ambivalent, permet le ressort comique grâce à quelques punchlines mémorables et diablement efficaces. Quand Astier lui tient la dragée haute c’est  un petit festival de bons mots.

Mention particulière aux dialogues donc, savoureux. Le tout magnifié par le talent d’Adjani pour balancer la réplique qu’on n’attend pas sur le ton qu’on n’imaginait pas, ou par le timbre de voix magique d’Astier.

Je vais vous faire des Burgers incroyables.

Le scénario, assez simple mais intelligent, suffit à mettre les différents personnages sur les rails et à embarquer le spectateur dans ce voyage un peu insensé, mais qu’on aurait même aimé un peu plus long. L’intelligence d’écriture est remarquable, mêlant habilement le comique et le drame. Et plutôt que de s’entêter à vouloir insister sur les aspects psychologiques de l’histoire ou de céder aux bons sentiments, Astier préfère développer ce qu’il maîtrise le mieux : les personnages. C’est même d’eux que le film tirera sa substance et sa force. Du premier rôle aux personnages secondaires, tous sont bien écrits et apportent leur pierre à l’édifice. Il y a un curieux parfum de réalisme, quand même le personnage le plus excentrique du film paraît tout à fait crédible.

Ce film offre quelques très belles images, grâce aux paysages bordant le lac du Bourget ou aux autres décors naturels habilement exploités.

Le petit plaisir qu’Astier s’est visiblement octroyé par l’intermédiaire d’une voiture dont on ne dira rien, apporte même un petit plus à la pellicule.

Isabelle Adjani est parfaite, dans un rôle de composition à sa (dé)mesure. Elle amuse, émeut ou inquiète tour à tour, avec virtuosité.

Astier excelle en tant qu’acteur, très juste du début à la fin, jouant avec un naturel confondant.

Les deux forment un duo parfait.

Au final, ce David et madame Hansen est un très bon film, puisant sa richesse dans la qualité de ses personnages et dans l’écriture de ses dialogues.

Si vous avez vu le film, notez-le!

Publicités

2 réflexions au sujet de « Critique de David et Madame Hansen »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s