Mini-critique: Le monde de Charlie

Note du film : 6,5/10

Le monde de Charlie (The Perks of being a wallflower) est un film sur le mal-être adolescent, sur l’ouverture aux autres.

Réalisé par Stephen Chbosky, qui adapte son propre roman à l’écran et dont c’est ici le premier long-métrage, ce coup d’essai est une réussite malgré quelques défauts évidents.

Charlie, adolescent réservé, isolé et quelque peu dépressif après la mort de son meilleur ami, entre au lycée et a du mal à s’adapter. Jusqu’au jour où il rencontre Sam et Patrick, plus âgés que lui, qui vont l’accepter et lui faire découvrir les fêtes, la drogue…et surtout l’amitié.

Dès le début du film, malgré un montage maladroit et une voix-off un peu trop présente, on comprend que Stephen Chbosky ne cherchera pas à mettre en place un énième teen-movie, racoleur ou exubérant.

Les éléments se mettent ici en place avec finesse.

On évoquera la sensibilité des personnages, sans jamais verser dans la sensiblerie.

Chbosky fait preuve de justesse dans son propos et parvient à nous faire croire à chaque personnage et à son histoire.

Je vous ai dit que je n'avais pas le permis?
Je vous ai dit que je n’avais pas le permis?

Logan Lerman (Percy Jackson et le voleur de foudre) fait preuve d’une grande finesse de jeu, de retenue, tout en laissant transparaître une émotion bien palpable. Le rôle semble avoir été écrit pour lui, tellement il s’approprie le personnage de Charlie. Vecteur de l’émotion du début à la fin, Logan Lerman livre une prestation parfaite.

Emma Watson, mesurée elle aussi, se révèle douce et charmante, pleine de grâce. Son interprétation, empreinte de réserve et d’intelligence, est très bonne. Elle réussit très bien son après Harry Potter.

Ezra Miller (Patrick) livre lui aussi une belle prestation.

En revanche, on se demande encore ce que Nina Dobrev (The vampire diaries) est venue faire là, tant elle est transparente.

Même constat pour Paul Rudd, aussi fade et peu expressif que d’ordinaire.

Le film vaut surtout pour la qualité de l’écriture de son personnage principal, mais aussi pour une ambiance intemporelle créée à la perfection. La bande son, impeccable, accompagne merveilleusement le propos et même si les thèmes brassés ne sont pas originaux, un charme certain se dégage de ce film.

Le monde de Charlie est un bon film, mais quelques défauts l’empêchent de franchir ce cap pour se hisser dans la catégorie supérieure.

La faute à un twist final inutile et maladroit.

La faute également à un montage encore hasardeux, qui coupe l’émotion aux mauvais moments.

Le monde de Charlie est finalement un joli film, empreint de sensibilité, à conseiller malgré certains défauts regrettables.

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mini-critique: Le monde de Charlie »

  1. Pour une fois que je suis pas totalement d’accord avec toi je vais le dire ! Concernant le final qui est maladroit, je pense qu’il n’en est rien et qu’il est assez judicieux, car c’est dans la continuité de ce qu’on a eût du début à la fin. Ce film n’est pas une montagne russe, il utilise un montage et donc un rythme qui est constant et de cette manière on nous emmène vers une fin qui peut paraître classique, mais qui au final est normale. Quelque chose d’inattendu aurait pu surprendre et dérouter. C’est un très beau film, bien mené du début à la fin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s