Mini-critique de Mariage à Mendoza

Note du film : 4/10

Mariage à Mendoza est un road-movie, qui se cherche un peu trop pendant une heure et demie.

Mis en scène par Edouard Deluc, dont c’est le premier long, après son essai en version court-métrage sur le même scénario, le film est interprété par Nicolas Duvauchelle, Phillipe Rebbot et Paloma Contreras. Benjamin Biolay tiendra un petit rôle, en fin de voyage, puisqu’il campe le personnage du marié.

L’histoire met en avant deux (demi) frères partis en Argentine pour le mariage de leur cousin. L’un des deux (Duvauchelle) vient de se faire quitter par sa femme, tandis que le second qui paraît à la fois plus responsable et à la fois un peu trop naïf et rêveur va tenter de lui faire remonter la pente. Mais qui sauvera l’autre et qui aura le plus besoin d’être sauvé ? Ce sera tout l’enjeu de ce road-movie.

Quelqu'un t'a donné un scénario? Moi, je n'ai rien eu...
Quelqu’un t’a donné un scénario? Moi, je n’ai rien eu…

Ce film a l’énergie et la liberté d’un premier long-métrage, mais il en a aussi malheureusement les défauts.

Au premier rang desquels le scénario, relativement faible et qui ne laisse que peu de place à l’exploration et à l’évolution des personnages. On fait leur connaissance, au gré d’une rencontre, d’une situation cocasse, on les entend parfois un peu parler, souvent sous l’emprise de l’alcool, mais au fond on ne les connaît pas vraiment.

Tout est effleuré dans ce film, qui manque cruellement de profondeur, malgré les thèmes abordés.

Chaque personnage aura droit à sa scène, plus ou moins marquante selon les cas, mais aucun n’évoluera suffisamment pour qu’à la fin du film, on soit soulagé ou rassuré quant à leur devenir.

Pour preuve du manque de consistance de ces personnages et du scénario, deux d’entre eux seront embarqués dans l’aventure sans que ce soit cohérent.

Le premier, celui qui semble tenir l’hôtel (ou tout au moins en être le réceptionniste) dans lequel débarquent les frères en arrivant à Buenos Aires, n’aura aucune difficulté à tout quitter du jour au lendemain pour leur servir de guide. Quid de son travail ? De sa vie ?

Le second personnage à subir pareil traitement est celui de Gabriella, qui s’enfuit de sa famille en un clin d’œil, les mains dans les poches, sans jamais ensuite faire allusion à sa situation. Elle se contentera de vampiriser ses compagnons de route. Et c’est tout. Aucune évolution ne sera proposée à son personnage.

Même si le ton du film est plutôt à la comédie, un semblant de réalisme aurait été le bienvenu, pour éviter ce côté improvisation un peu trop marqué par moments.  On ressent un curieux sentiment de scénario revu au fur et à mesure du tournage.

Benicio del Toro fait un caméo
Benicio del Toro fait un caméo

Reste une belle énergie et complicité des deux comédiens principaux.

Un Nicolas Duvauchelle très juste et qui parvient à rendre son personnage attachant et presque crédible et qui sauve un peu le film.

La prestation de Philippe Rebbot est plus anecdotique, même s’il parvient à créer l’empathie. Il n’en reste pas moins que certaines de ses répliques sonnent faux.

Il n’a manifestement pas été demandé à Paloma Contreras beaucoup plus que d’être sexy et de séduire. Elle réussit cette mission à la perfection, son physique vertigineux aidant.

Benjamin Biolay a un rôle assez limité, qui ne permet pas de se faire une idée de la qualité de son jeu.

Ce mariage à Mendoza est un film en-dessous de la moyenne, qu’on oubliera très rapidement, même s’il n’est pas si catastrophique.

Mention spéciale à la bande-son du film, de loin avec Paloma Contreras l’élément le plus charmant de l’entreprise.

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mini-critique de Mariage à Mendoza »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s