Mini-critique de Lincoln

Note du film : 6/10

Avec Lincoln, Steven Spielberg effectue son retour avec un film que beaucoup annoncent formaté pour les Oscars. Daniel Day Lewis interprète le président américain, tandis que Sally Field joue son épouse. On retrouve également au casting l’impeccable Tommy Lee Jones, James Spader, David Strathairn et Joseph Gordon-Levitt.

Lincoln n’est pas un biopic, contrairement à ce que le titre du film pouvait laisser penser. Le scénario se concentre sur une partie du double mandat de Lincoln, au cours de laquelle il tentera de faire passer le treizième amendement, visant à abolir l’esclavage.

Dans le contexte de la guerre civile, Spielberg passera les 2h29 du long-métrage à montrer la bataille politique (politicienne ?) conduite par le président pour aboutir à l’un des votes les plus importants de l’histoire.

Steven Spielberg est un humaniste, comme en témoigne son œuvre et la récurrence de ses thèmes de prédilection. Quand il ne s’agit pas de fantastique (et souvent d’extra-terrestre ou de robots), Spielberg parle d’esclavage (Amistad, La couleur pourpre Lincoln), de la guerre (Il faut sauver le soldat Ryan, Cheval de guerre, la série Band of brothers), mais aussi de la Shoah (La liste de Schindler).

A travers le prisme du président Lincoln, il sera en réalité ici beaucoup plus question de l’égalité entre les hommes, de la lutte contre l’esclavage et du changement des mentalités.

Lincoln gêné par des problèmes de constipation
Lincoln gêné par des problèmes de constipation

Le personnage de Lincoln et ses partisans se heurteront à des hommes fermés, campés sur des positions aujourd’hui inconcevables. Les mots prononcés par certains opposants au treizième amendement choquent, les propos sont durs et le scénario de ce film vise à montrer les détours qu’il faut parfois prendre pour atteindre un objectif a priori impossible. C’est à la fois toute l’intelligence de ce scénario et toute sa faiblesse.

En effet, les trois quarts du film seront consacrés aux manœuvres politiciennes accompagnées de discours, de joutes verbales, de promesses et de mensonges, qui se révèlent à la longue assez ennuyeuses.

Dans un style très académique, qui plaira donc sans doute aux Oscars, Spielberg va trop loin dans la mise en image de nombreuses scènes de dialogues, de négociations et de manœuvres politiciennes. Les scènes se succèdent et finissent par se ressembler, cassant le rythme du film.

Spielberg réussit toutefois quelques très beaux plans, une très belle mise en scène lors du vote. La sortie de Tommy Lee Jones et le twist inattendu qui suivra seront également un modèle de cinéma.

Hélas ce ne sera pas suffisant pour rattraper l’ennui provoqué par ce film, intéressant dans son propos, mais quelque peu maladroit dans sa forme.

Reste un casting impérial, emmené par un Daniel Day Lewis, méconnaissable, véritable caméléon.

Tommy Lee Jones joue à merveille le rôle le plus fin et intéressant du film.

Sally Field est admirable. Dans un film à l’intérieur duquel le droit des votes des femmes paraît être une hérésie, l’epouse du président le conseille et le domine même par moments.

On regrettera le sous-emploi d’un Joseph Gordon-Levitt qui aurait pu apporter un peu plus de vie et d’énergie au long-métrage.

Sans être un mauvais film, Lincoln n’est pas le chef d’œuvre annoncé. Juste un bon film, qui peut amener à faire réfléchir et qui traite d’un sujet essentiel, comme nous le propose souvent son réalisateur.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Mini-critique de Lincoln »

  1. je n’ai pas osé parler de « style académique » comme tu le dis, parce que je suis intimidé par le nom de spielberg au générique, mais c’est vrai qu’on n’en est pas loin, malheureusement !

  2. En effet, on est plutôt en accord sur ce film. Malgré un fond intéressant, il est un peu maladroit dans sa forme. Et je me suis personnellement beaucoup ennuyé durant la première heure. Bref, loin d’être un chef d’œuvre mais il y a quelques belles séquences.

  3. Je rejoins ton avis. J’ai eu du mal pendant le début du film et la seconde moitié m’a parue plus facile.Mais j’ai plutôt aimé le film pour le visage de Lincoln qu’il présente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s