Mini-critique: Les Misérables

Note du film : 3,5/10

Il y a de fortes chances pour que Victor Hugo se retourne dans sa tombe le 13 février 2013, jour de la sortie en France du film Les Misérables. Si ce n’est pas à cause des voix américaines tentant vainement de prononcer « Gavroche », « Vive la France », « Barricades » et autres « Javert » , ce sera en raison des chansons interminables rythmant les 2h37 de ce film.

Trois ans après le triomphe du Discours d’un roi, Tom Hooper est engagé pour adapter au cinéma la comédie musicale Les Misérables. Il réunit un casting trois étoiles autour de Hugh Jackman, d’Anne Hathaway, de Russel Crowe ou encore d’Amanda Seyfried.

Si le projet pouvait sembler risqué, la bande-annonce nous avait déjà averti en laissant deviner une cacophonie assez déplaisante. Et c’est bien ce qu’on découvre avec cette comédie musicale ennuyeuse et pleine de défauts.

Le parti-pris de ne déclamer les dialogues que de manière chantée montre rapidement ses limites. Certaines tirades débutent de manière parlée, pour se muer en chant. On se demande parfois si les acteurs n’oublient pas de chanter avant de se reprendre. Certaines émotions ne pouvant s’exprimer que difficilement par le chant, ces dialogues amorcés tels quels étaient sans doute prévus. Reste une sensation étrange, comme si le réalisateur ne savait pas trop comment se sortir d’un mauvais pas.

Deux ou trois titres musicaux sortent du lot, interprétés de manière très belle par Anne Hathaway ou Hugh Jackman. Ils parviendront à créer une émotion et à rendre quelques scènes charmantes. 

Ce sera la seule réussite du film.

Le long-métrage ne sait jamais s’offrir d’élan épique, manque tous les moments de grâce qui lui tendaient pourtant les bras. Trop lent, trop imprégné de niaiseries, l’histoire se déroule lentement et rend chaque personnage agaçant.

Aucun cliché ne sera épargné au spectateur, aucune tirade geignarde ne sera évitée, si bien que le film paraît rapidement boursouflé de bons sentiments.

La photographie est un modèle de ce qu’il ne faut pas faire sur grand écran. Fade, terne, l’image ne fait que renvoyer la misère et la pauvreté, sans une seule fois penser à égayer les yeux, qui se lasseront vite de ce spectacle répétitif.

Les décors, sans doute inspirés de ceux de la comédie sur scène, sont indignes d’une production Hollywodienne, fût-elle de 61 millions de dollars. Aucun décor ne paraît concret, les trois quart des scènes, sans doute tournées en plateau, respirent le factice. Aucune profondeur n’est proposée. Le film manque autant de consistance que le décor de relief.

Pour couronner le tout, Tom Hooper a choisi de réaliser le film en mode shaky-cam. Accompagné de décors indignes, d’une photographie terne, le mode caméra à l’épaule met rapidement fin à tout espoir d’esthétisme.

Restent les performances des acteurs principaux, qui sauvent ce film du naufrage.

Hugh Jackman, malgré l’évolution mièvre de son personnage, parvient à se transcender pour livrer une prestation incroyable. Il est juste, du début à la fin, faisant au passage admirer une jolie voix, sans doute le résultat d’un travail conséquent.

Une petite griffe?
Une petite griffe?

Anne Hathaway, présente moins d’une heure sur les 2h37, réalise elle aussi une prestation très convaincante. Juste, capable de transmettre une émotion en un regard, elle parvient également à chanter de manière très efficace, apportant une densité supplémentaire à son jeu.

L'actrice la plus sexy du monde
L’actrice la plus sexy du monde

Russel Crowe est très bon lui aussi dans le rôle de Javert, malgré des capacités de chant beaucoup plus limitées que les deux acteurs précédents.

Vive la Fwance
Vive la Fwance

Mais comme le film, le casting est très inégal. Sacha Baron Cohen et Helena Bonham Carter sont exubérants, trop théâtraux, parfois même à la limite du ridicule.

Amanda Seyfried, charmante et pourvue d’une voix douce et agréable, réussit quant à elle une performance de qualité.

Tu vas muer, un jour. Et là, tu pourras me séduire.
Tu vas muer, un jour. Et là, tu pourras me séduire.

Eddie Redmayne (My week with Maryline) joue Marius, de façon assez talentueuse, mais le côté romantique exacerbé gâche son personnage. Il faut reconnaître également que ses qualités de chant sont admirables.

Gavroche lui, est catastrophique. Personnage pourtant incontournable, il est joué par un garçon ne parvenant que difficilement à prononcer un mot français de manière compréhensible et plus grave encore, dépourvu de tout talent d’acteur.

Les rares scènes d’action sont créées de manière maladroite, on voit clairement à l’écran que les coups de poing ne sont pas portés, que les blessures par balles ne provoquent jamais de saignement. On reste dans un esprit théâtral, rompant de manière trop criarde avec les codes du cinéma.

Tom Hooper réussit uniquement à faire briller Anne Hathaway et Hugh Jackman, dans un film qui ne ressemble en rien à du cinéma. Un rendu visuel trop laid, des décors factices, un propos alourdi par une mièvrerie à la limite du supportable font de ces Misérables un spectacle bien peu convaincant et agaçant.

Une bonne demie-heure de moins aurait probablement un peu adouci la peine.

Si vous allez voir ce film, une chose est sûre, vous sentirez passer les 2h37. 

P.S.: l’auteur de cet article s’est sacrifié pour vous, en voyant ce film en avant-première. 

Publicités

8 réflexions au sujet de « Mini-critique: Les Misérables »

  1. Rahh faut j’arrête de voir les notes de ce film car je m’attendais au moins à un truc sympathique mais apparemment ce n’est pas le cas … De toute façon, quoi qu’il arrive j’irais le voir quand même, rien que pour la magnifique, sublime Anne Hathaway, que je vénère au plus au point !

    Par contre, ton « l’actrice la plus sexy du monde » est en rapport avec la photo et est un brin ironique, ou tu le pense réellement ?

    Au passage, j’aime beaucoup ton blog !

    1. Merci beaucoup! Du coup, j’espère que tu fréquenteras assidûment le blog 😉
      Oui le comm’ sous la photo d’Anne est ironique, je trouvais ça drôle, parce qu’en temps normal je suis fou d’elle moi!
      J’essaie de faire du second degré et d’apporter un brin d’humour avec les légendes des photos.

  2. Je le fréquentais déjà en fait, c’est juste que je n’ai pas forcément pris le temps de laisser un commentaire, chose que je me suis empressé de faire ^^

    Il me semblé bien, je voulais juste savoir comment tu la trouvé réellement. Perso même moche elle est sublime 😛

    Bonne continuation et au prochain com 😉

  3. pour moi, c’est un film très beau du fait qu’il reflète l’image de la société pour permettre à un peuple opprimé de respirer
    merci

  4. « une prestation très convaincante » cela va au delà je trouve … Elle est juste remarquable, sans parler de sa voix ! Son interprétation vocale et physique de « I dream to Dream » vaut à lui seul le déplacement et ce n’est pas parce que je suis amoureux que je dis ça 😀
    Sinon pour le film, je ne pourrais dire que je suis déçus dans le sens ou avec tous ces avis négatif, je m’y attendais mais putain il y avait un potentiel seulement Tom Hopper a fait que de mauvais choix … Fin bref faut j’écrive ma critique et rattrape en même temps tout mon retard (27 critiques à faire, motivation !!!)

  5. Genre, « s’est sacrifié »! Tu veux pas une piécette, non plus?
    Complètement d’accord en tous points avec toi pour l’esthétique, le chant, les décors, etc…, excepté pour Jackman et Gavroche, que j’ai trouvé pour l’un, très moyen, pour l’autre, pétillant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s