Mini-critique de Flight

Note du film : 7,5/10

Après trois films d’animation et douze ans après Apparences et Seul au monde, Robert Zemeckis met en scène Denzel Washington pour Flight.

On découvre un pilote de grande ligne se réveillant péniblement dans une chambre d’hôtel, une femme plus jeune nue à ses côtés et une bière à portée des lèvres.

La jeune femme est hôtesse de l’air et le deux vont effectuer un vol. Personnage difficile à cerner, manifestement alcoolique, le capitaine interprété par Denzel essuiera une tempête mais n’évitera pas le crash de l’avion, dû à un problème mécanique. Seules 6 personnes perdront la vie sur les 102 présentes, dont deux faisant partie de l’équipage.

Sans doute en raison d’une performance une nouvelle fois brillante de Denzel Washington, le film nous saisit dès le début, en nous plaçant dans la peau du pilote, qui étale tous ses défauts et vices d’entrée de jeu.

Quoi? T'as fini la bouteille de Vodka??
Quoi? T’as fini la bouteille de Vodka??

La scène du vol de l’avion et du crash, qui intervient dans le premier quart d’heure, est forte, habitée par une tension et un suspens indéniables.

Robert Zemeckis démontre dès les premières scènes qu’il n’a rien perdu de ses qualités de mise en scène, livrant un film hyper efficace, irréprochable techniquement.

C’est ensuite le scénario, l’intelligence d’écriture des personnages qui gravitent autour de Denzel Washington et la progression habile de l’intrigue qui confèrent au film sa force.

Même si le casting est impeccable (Don Cheadle, Bruce Greenwood particulièrement), ce n’est pas le seul talent de ces acteurs qui contribue à faire de Flight un très bon film.

Le scénario est un modèle du genre, contribuant à un enchaînement des évènements aussi fluide que rythmé.

Une impression de réalisme se dégage du long-métrage, tout ce qui se produit paraît crédible et on se surprend à imaginer que les choses se seraient déroulées à peu près de cette manière si on ne s’était pas trouvés dans une fiction.

On ne nous épargnera pas le cynisme, l’humour noir ou encore quelques répliques acerbes. On assistera à une scène incroyablement pragmatique et furieusement réaliste lors d’une réunion entre les dirigeants de la compagnie aérienne et l’avocat interprété par Don Cheadle, comme on en voit assez rarement.

Malgré cela et malgré les vices et addictions des différents personnages révélés assez crûment, on n’évitera toutefois pas de se faire rattraper par la morale.

C’est peut-être ce qui nuit un peu au film et l’empêche d’être un très grand moment de cinéma.

Mais l’essentiel est bien assuré, Robert Zemeckis signe là un très bon long-métrage, soigné, efficace, haletant et intelligent.

Regarde ce que j'arrive à faire avec mes doigts. Dingue, non?
Regarde ce que j’arrive à faire avec mes doigts. Dingue, non?

Impossible de ne pas être suspendu aux lèvres de Denzel lors du final, impossible de ne pas être captivé ou de ne pas se prendre au jeu, impossible de ne pas se poser mille questions sur ce capitaine.

Denzel Washington prouve une nouvelle fois qu’il est un grand acteur, en donnant une réelle personnalité et une épaisseur à son personnage. Mention spéciale à John Goodman, avec un petit rôle extrêmement jouissif et une intervention presque hallucinante à quelques encablures du final.

Ce flight est un très bon film,un drame accompli, intense et intelligent, signant le retour réussi de Robert Zemeckis.

P.S.: Pour aller plus loin, retrouvez en fin d’article la master class, puis l’épisode spécial de Podsac autour du film.  

Notez le film:

 
[blip.tv http://blip.tv/play/h7Q3g46BJAA?p=1 width= »640″ height= »390″]
Podsac Spécial Flight

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mini-critique de Flight »

  1. Au delà de Zemeckis qui revient pour un film, c’est surtout pour Denzel Washington, cet acteur a chaque fois m’attire, je n’ai jamais été déçu, puis ce role a l’air d’ètre taillé pour lui, vivement qu’il sorte en salle 😀

  2. « La jeune femme est hôtesse de l’air et les deux vont effectuer un vol. » Marrant de remettre ça, alors qu’ils se sont déjà envoyés en l’air, nan? Désolée, j’ai pas pu m’en empêcher… 😀

    Sinon, pas d’accord du tout du tout. Je me suis fais ch*er pendant tout le film, passé le crash. Et la prestation détonnante de Denzel Washington ne m’a hélas pas suffit pour entrer dans ce drame laborieux. Mon dieu, quel ennui!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s