Mini-critique de Cloud Atlas

Note du film : indéterminée

Cloud Atlas est l’adaptation du roman de David Mitchell.

Le principe de narration amène le spectateur à suivre six époques différentes dans lesquelles des personnages similaires mais aux destins bien différents interagissent les uns avec les autres.

De l’Europe de l’entre deux guerres à un futur post apocalyptique en passant la Californie des années 70, on verra Tom Hanks, Halle Berry, Jim Sturgess, Hugo Weaving, Hugh Grant et Ben Wishaw notamment jouer plusieurs rôles, plus ou moins grimés selon les époques.

A la barre de ce projet un peu fou, Tom Tykwer, Lana et Andy Wachowski.

Cloud Atlas est un film ébouriffant d’un point de vue visuel, réussi dans la mesure où les réalisateurs sont parvenus à créer six univers totalement différents de manière assez convaincante.

Le film est également réussi du point de vue de son rythme, qui ne faiblit presque jamais malgré les 2h52 affichées au compteur.

Les effets spéciaux, inégaux, sont dans l’ensemble assez réussis et le film est suffisamment lumineux pour offrir un spectacle loin d’être déplaisant pour les yeux.

Seulement voilà, le scénario est quasi incompréhensible. Les histoires, différentes les unes des autres semblent être liées entre elles d’une manière ou d’une autre. Malgré le fait que le narrateur de l’une semble être le personnage d’une autre, on est rapidement perdus au milieu de ce foisonnement d’idées et la multiplication des aventures.

Chaque histoire est un tant soit peu complexe, si bien que le fait de passer alternativement de l’une à l’autre tout le long du film est vite perturbant.

Alors on s’attachera bien à une histoire plus qu’à une autre, à un personnage particulièrement.

On suivra de manière plus attentive l’une des six aventures, mais cela se fera inévitablement au détriment d’une autre.

Pourquoi je ne pouvais pas jouer dans Gladiator à la place de Russell Crowe? Regarde moi!
Pourquoi je ne pouvais pas jouer dans Gladiator à la place de Russell Crowe? Regarde moi!

Le film devient rapidement brouillon et trop dense. Le projet, ambitieux à la base, porté par des réalisateurs soucieux de la forme, faiblit par son contenu, beaucoup trop confus.

Cloud Atlas est également handicapé par un certain manque d’homogénéité, puisqu’on sent la patte de différents réalisateurs.

On ne s’ennuie certes presque jamais, mais on se surprend à passer plus de temps à essayer de reconnaître les acteurs sous leurs différentes apparences plutôt qu’à essayer de démêler ces histoires trop tordues.

Les acteurs livrent de bonnes prestations dans l’ensemble, même si certains personnages d’époque trop grimés les obligent parfois à cabotiner (Hugo Weaving en tête, dans une moindre mesure Tom Hanks pour certains de ses rôles).

Mention spéciale à Halle Berry, très juste et au jeu d’une finesse remarquable.

Mention spéciale également à Tom Hanks pour la meilleure scène du film au cours de laquelle il joue un écrivain qui s’en prend à un critique.

Résultat des courses : un film beau, prenant, mais quasi incompréhensible et que sa durée décourage de revoir.

Saurez-vous donner une note à ce film ?

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mini-critique de Cloud Atlas »

  1. ah mince, un peu mitigé du coup… mais s’il est beau et que l’on ne s’ennuie pas, c’est déjà ça… et puis des fois, quand je ne comprends rien à un film, je me dis que c’est parce qu’il est plus intelligent que moi et du coup j’adore ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s