Mini-critique de Jack Le Chasseur de Géants

Jack le chasseur de géants (Jack the giant slayer) de Bryan Singer, s’inscrit dans la lignée des adaptations de contes au cinéma, tel Blanche-Neige (dont deux versions étaient sorties en salles presque simultanément), Alice au pays des merveilles, le chaperon rouge ou encore Hansel et Gretel.

Note du film: 6,5/10

A noter que le conte dont est tiré l’histoire du film connaît également une version pour enfants: Jack et le haricot magique.

Le scénario sera un mélange de ces deux histoires, créant ainsi un blockbuster capable de ratisser un public extrêmement large.

Bryan Singer réunit un casting de choix autour de Ewan Mac Gregor, Stanley Tucci, Bill Nighy (le chanteur de Love Actually), Nicholas Hoult (le zombie amoureux de Warm Bodies) et Elenaor Tomlinson (vue dans Alice au pays des merveilles). 

Inutile de s’appesantir sur l’histoire, que tout le monde connaît déjà: des graines de haricot magique, des haricots géants, un monde caché, des géants, une guerre entrer les humains et les géants.

Comme pour chaque adaptation au cinéma d’un conte, la principale difficulté réside dans la construction du scénario, qui doit éviter une approche trop enfantine (Blanche-Neige version Julia Roberts et Lily Collins, Le chaperon Rouge version Amanda Seyfried) ou trop basique (Blanche-Neige et le chasseur).

Dès lors, il ne reste que deux alternatives: choisir un angle d’approche décalé et proposer un film de genre osé (Hansel et Gretel, Witch hunters), ou incorporer des aspects familiaux dans un script de blockbuster classique.

Ici, c’est la seconde option qui a été choisie, pour ouvrir en grand les portes des cinémas aux familles, armées jusqu’aux dents de lunettes 3 D à un euro, de 4 ou 5 tickets d’entrée majorés et de pop-corn et sucreries en tous genres, de façon à alimenter les caisses des producteurs et des multiplexes.

A noter que ce choix se décèle dès le choix du titre, modifié de Jack le tueur de géants (Jack the giant killer) à Jack le chasseur de géants (Jack the giant slayer).

Le principal écueil de ce film, au demeurant fort sympathique et plaisant réside dans son scénario, assez bancal et décevant.

A l’origine conçu par Mark Bomback (Die Hard 4, Total Recall 2012, hum!), Singer s’est offert les services de Christopher Mc Quarrie (scénariste de Usual suspects et réalisateur de Jack Reacher) notamment pour retravailler le script original.

C’est sans doute ce changement qui explique les faiblesses du scénario, oscillant parfois dangereusement entre conte de fées et film d’action.

La belle princesse en danger qui doit être secourue par le gentil et brave fermier au coeur pur pour le bien du royaume merveilleux, à côtés de plusieurs twists mal amenés handicaperont le film et l’empêcheront de devenir l’excellent film d’action qu’il aurait pu être.

De là à annoncer un mauvais film, il y a tout de même un pas de géant qu’on ne franchira pas, puisque le résultat est dans l’ensemble plutôt bon.

On regrettera l’utilisation de ficelles grosses comme des haricots magiques et une fin désastreuse, coupant court à l’action et à un joli climax de manière beaucoup trop abrupte.

Il n’en reste pas moins que la réalisation de Bryan Singer est très bonne, le cinéaste s’en donnant à coeur joie pour faire voler ses personnages dans les airs, les secouer entre les mains des géants ou détruire des décors à grands coups de massue.

La gestion des images de synthèse est également admirable, les géants étant parfaitement réussis et intégrés (tout au moins en 3 D, ce qui peut fausser le rendu à cause de l’assombrissement de l’image et de la perte flagrante de qualité visuelle).

Singer n’hésite pas à proposer de belles poursuites et batailles entre géants bourrus et à l’appétit grandissant, pour donner un élan et une ampleur très agréables à son film.

Jack le chasseur de géants connaît donc un traitement qui rappelle celui de Blanche-Neige et le chasseur, à ceci près que la qualité de la photo est moins bonne, mais les scènes d’action bien meilleures et plus assumées.

Nicholas Hoult confirme, après Warm Bodies et X-Men le commencement, qu’il est un jeune acteur sur lequel on peut compter, efficace et plaisant.

Ewan Mac Gregor se mue en un preux chevalier crédible et comme à son habitude, prouve qu’il peut être excellent dans tous les registres.

Elenaor Tomlinson fait ce qu’elle peut avec le moins bon personnage du film, coincée sous une personnalité de princesse pure et innocente n’ayant d’yeux que pour son héros. Son charme et sa douceur lui permettront tout de même de s’en tirer avec grâce.

Bill Nighy, dans le rôle du géant à deux têtes, parvient à créer un personnage intéressant et charismatique, malgré son frère siamois qui vous courra rapidement sur le haricot.

Ian Mac Shane manque en revanche de charisme dans son costume de roi et Stanley Tucci en fait beaucoup trop dans un rôle un peu bancal il est vrai.

Jack et le chasseur de géants est en définitive un bon divertissement, à l’énergie et au charme indéniables, qui procure du plaisir, malheureusement handicapé par de sérieux problèmes de scénario et une fin expéditive qui fait perdre beaucoup de son ampleur au film.

C’est dommage, parce que le spectacle et le plaisir étaient bien au rendez-vous.

 

 

Jack The Giant Slayer - Photocall

eleanor tomlinson jack le chasseur de geants le blog cinema de wildgunslinger

JACK THE GIANT SLAYER

jack-le chasseur de geants-cuisinier le blog cinema de wildgunslinger

jack-le chasseur de geants-le geant aux 2 tetes le blog cinema de wildgunslinger

jack-le chasseur de geants-les geants principaux le blog cinema de wildgunslinger

Publicités

6 réflexions au sujet de « Mini-critique de Jack Le Chasseur de Géants »

  1. Tu as le même avis que la majorité des critiques donc c’est que le film doit pas être aussi mauvais que ça. Je ne pense pas aller le voir à cause d’un manque de temps, mais à l’occasion en Blu-Ray ça peut-être divertissant.

  2. « de façon à alimenter les caisses des producteurs et des multiplexes. » >> tu es pourtant le premier à courir voir des blockbusters blindés de popcorn, donc pourquoi ai je le sentiment, en te lisant, que tu méprises cette façon de faire/produire ? ^^

    sinon, belle chronique, bro, mais j’ignore si je vais aller le voir…

    1. Effectivement je critique ce système. Ce ne sont pas les blockbusters que je critique, mais le système de la 3D, qui ne présente à mes yeux aucun intérêt artistique, seulement une manne financière supplémentaire pour les producteurs et les multiplexes.
      ça permet notamment de gonfler les chiffres au box-office puisqu’aux US il est calculé en dollars et tout le monde se retrouve gagnant dans l’histoire…sauf le spectateur.

      Les plus critiquables dans ce domaine restent encore bien sûr Lucas, Spielberg et Cameron avec les re-sorties purement commerciales de leurs films en 3D 20 ans après…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s