Critique: The Hangover Part III (Very Bad Trip 3)

The Hangover Part 3 (Very Bad Trip 3 en bon français) vient conclure une trilogie de la même façon que l’avait fait en son temps Matrix Revolutions: c’est-à-dire de la pire qui soit.

Cet opus constituera clairement celui qu’on préférera ignorer quand il s’agira de revoir cette franchise, comme on évite soigneusement le dernier volet de Matrix dans les mêmes circonstances.

Note du film: 2,5/10

Suite à un accident loufoque impliquant Alan, une girafe et une voiture sur l’autoroute, le membre le plus spécial du wolfpack voit son père mourir. Le reste du groupe décide alors de réaliser une intervention, afin de permettre à Alan de changer de style de vie et de devenir enfin responsable. Mais sur le chemin du centre dans lequel ils conduisent Alan en vue de sa réhabilitation, le groupe se fait attaquer et rien ne se passera comme prévu.

Todd Philips, pourtant réalisateur des deux premiers épisodes, conduit la saga dans le mur, en changeant totalement de direction et livre un film…qui ne ressemble en rien à un The Hangover…puisqu’il n’y a pas de Hangover à proprement parler.

Les codes de la franchise seront même purement et simplement snobés. Dans ce contexte, difficile de comprendre seulement pourquoi ce film s’intitule The Hangover Part 3, puisque mis à part les personnages et le fait que les évènements vont se dérouler sur une nuit…absolument rien ne ressemble à la franchise.

Alors qu’il a été reproché au second opus de trop ressembler au second, ici on s’en éloigne radicalement, au point de ne plus coller à l’univers des films.

Là où le second épisode réussissait à incorporer de nouvelles situations loufoques, violentes et très amusantes, à donner plus de rythme à la comédie…ici on patientera de longues minutes pour avoir l’honneur de découvrir un gag…rarement drôle.

Les scénaristes, visiblement pris à leur propre piège en tentant de changer de registre, ne parviennent qu’à de rares occasions (grâce aux répliques inattendues d’Alan) à provoquer le rire, mais aucune situation ne se révèlera originale ou drôle.

Il faudra dès lors subir d’interminables dialogues, diverses leçons de morale et un show Leslie Shaw (Ken Jeong) prenant beaucoup trop de place dans le film.

C’est bien simple, ce Hangover Part 3 aurait pu se contenter de réunir le duo Alan / Show, tant ces deux personnages s’accaparent toute l’histoire.

Toute la sympathie et le charme de Bradley Cooper ne lui permettront pas de rehausser le faible niveau de son personnage. Ed Helms ne bénéficie pas d’un traitement plus agréable, son personnage étant quasi inexistant.

Quant à Doug, son personnage sera aussi peu présent qu’à l’accoutumée (l’un des rares éléments fidèle à la franchise).

La présence de Melissa Mc Carthy n’apportera rien de plus, tout comme l’apparition éphémère de Heather Graham et de son fils, victime d’une scène embarrassante avec Alan.

Citons aussi John Goodman, qui hérite du personnage d’un méchant mal écrit et fade au possible. Un comble quand on connaît les qualités de l’acteur, qui avait réussi à être mille fois plus percutant avec un rôle de quelques minutes à peine dans Flight.

The Hangover Part 3 est donc une leçon de fainéantise scénaristique et de bâclage en règle.

Pire encore, véritable trahison à la franchise, cet épisode vient donc clôturer la trilogie de la plus mauvaise façon qui soit, se payant même le luxe de livrer une scène post-générique similaire à l’introduction d’un épisode classique…comme pour se moquer du spectateur en lui disant:

Vous voyez, c’est comme ça que le film aurait pu commencer si on avait eu envie d’écrire un scénario.

 

 

Hangover-3-ken jeong le blog cinema de wildgunslinger
the_hangover_part_3_ ed helms ken jeong le blog cinema de wildgunslinger
the-hangover-part-3 ken jeong zach galafiniakis le blog cinema de wildgunslinger
The-Hangover-Part-III-Bradley-Cooper-le blog cinema de wildgunslinger

Publicités

13 réflexions au sujet de « Critique: The Hangover Part III (Very Bad Trip 3) »

  1. Bon bah, effectivement, on n’est pas d’accord du tout sur ce coup-la (ça devient une habitude!). Je ne vais pas me répéter puisque je t’ai répondu assez longuement sur mon blog, mais j’ai trouvé que prendre la recette habituelle à contre-pied était une sacré bonne idée, et que bouleverser les codes du film apportait un peu de fraîcheur à ce qui aurait fini par sentir le rance, à force.

  2. Ça ne donne pas envie de perdre son temps au ciné … T’es dévoué, en fait! La bande-annonce m’a suffit!

  3. Je suis un poil plus généreux que toi sur la note (3/10) mais je suis entièrement d’accord avec ta critique, je ne m’attendais pas à un scénario aussi médiocre. Je n’ai rien contre l’idée de se détacher de l’esprit de la saga mais il faut alors être très drôle, ce qui n’est absolument pas le cas ici malheureusement.

  4. ça n’a ni queue ni tête effectivement.
    Alan et Shaw sont imbitables du début à la fin. Il est grand temps que ces deux …. !!! acteurs changent de métier !

    Et tu as vu un gag toi ??? Tu as de bons yeux !

    Et Seigneur Marie Joseph le « coup de la girafe « … au s’cours !

  5. Je ne suis pas tout à fait d’accord sur le fait que The Hangover sans gueule de bois, ce n’est plus The Hangover. Ce doit être une des raisons pour lesquelles je suis beaucoup plus sympas sur la note (6/10).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s