Critique: The Bling Ring

The Bling Ring est le cinquième long-métrage de Sofia Coppola, qui n’a jamais vraiment réussi à confirmer le talent démontré à travers Lost in Translation, sorti il y a maintenant dix ans.

Après des films accueillis assez tièdement comme Marie-Antoinette ou Somewhere, Sofia Coppola s’inspire d’un article paru dans Vanity Fair, traitant d’un groupe de lycéens se livrant au cambriolage de maisons de stars.

Note du film: 4/10

On découvre un petit groupe constitué de Katie Chang, Israel Broussard, Gargam…Claire Julien, Taissa Farmiga, Georgia Rock et d’Emma Watson, autour de laquelle la promotion du film semble s’être construite.

Ces jeunes lycéens Californiens quelque peu désoeuvrés, passent leur temps à se prendre en photo pour les uploader sur facebook.

On remarquera au passage qu’ils sont donc déjà has been…

Sur une idée de Rebecca, aidée par Marc, vaguement sous son charme, ils se mettent à visiter les maisons de riches propriétaires partis en vacances. De fil en aiguille, ils ont l’idée de chercher l’adresse de stars sur google lorsqu’ils apprennent que celles-ci doivent se rendre à une soirée ou sur le tournage d’un film sur la côte Est.

A noter que trouver l’adresse de Paris Hilton semble ici très facile, puisqu’il suffit apparemment de taper « Paris Hilton adress » dans google pour obtenir les coordonnées précises…Google Maps se chargeant du reste. En outre, les maisons sont toujours protégées d’un simple portail, les portes étant la plupart du temps ouvertes…quand les clés ne se trouvent pas tout simplement sous le paillasson…

Vous avez dit facilité scénaristique?

Le cercle vicieux prend forme, nos adolescents deviennent accro à ces escapades et subtilisent de plus en plus d’objets de luxe, de  vêtements et d’argent à des stars de cinéma ou à des starlettes. Leurs victimes seront en effet des gens comme Orlando Bloom, Rachel Bilson, Paris Hilton, Megan Fox ou encore Lindsay Lohan.

Sans être foncièrement mauvais, The Bling Ring est un film plutôt raté, que ses qualités ne suffisent pas à sauver.

Rendons à César ce qui appartient à César, la réalisation est de bonne facture, Coppola faisant preuve d’une belle maîtrise de sa caméra pour accorder les images à l’univers qu’elle décrit. Quelques beaux plans seront de la partie, la photographie est soignée et le film bénéficie d’un travail sur la lumière élégant.

Ces qualités n’empêchent pas quelques fautes de goût assez surprenantes de la part de la réalisatrice américaine. A commencer par la redondance des scènes de cambriolage, qui donnent une sensation assez triste de répétition, malgré un travail pour rendre leur rythme différent.

Certaines idées se voulant originales offrent un rendu décevant comme cette scène qui offre un point de vue éloigné de la maison visitée par nos cambrioleurs.

Le principal écueil du film réside toutefois dans son propos et dans l’écriture d’un scénario beaucoup trop limité. Sofia Coppola semble même se Van Santiser en proposant une histoire qui ne décollera jamais et qui manquera cruellement de profondeur. Un peu le même syndrome que celui d’Elephant donc, qui restait à la lisière du thème à explorer.

Le thème principal de l’attrait de l’argent facile, de la belle vie à moindre effort et des paillettes est effleuré. Sofia Coppola se contente d’aligner les belles photos, plutôt que de tenter de creuser ses personnages, qui restent beaucoup trop fades, malgré un casting astucieux.

Certes, le but était sans doute de retranscrire à l’écran cette vacuité, mais aucun effort n’est réalisé pour tenter de donner plus de sens au propos ou pour permettre au spectateur d’en retirer quelque chose.

A l’arrivée, on retiendra les mots Louboutin et Chanel. On retiendra aussi les noms de stars entendus tout le long, le procédé s’apparentant davantage à un name dropping maladroit qu’à une volonté de réalisme.

Sofia Coppola, en choisissant de montrer la bêtise et le vide des personnages de son film, échoue à créer un sentiment d’empathie ou de répulsion et le spectateur se sentira souvent en-dehors de cette histoire, au final trop banale.

Kikoo! Je suis le roi de facebook! LOL
Kikoo! Je suis le roi de facebook! LOL

Les acteurs ne sont pas mauvais, loin de là, réussissant à renvoyer l’image d’une jeunesse un peu perdue, jamais consciente des vraies valeurs et qui ne vit qu’à travers l’image et les apparences.

Leslie Mann interprète la mère de deux des personnages, sans grand talent, même si elle peut être excusée par son rôle bancal de mère manquant d’autorité et évaporée.

On préférera la vision française de ce sujet en revoyant le joli Tout ce qui brille, traitant du même thème avec plus d’originalité et de profondeur.

Il faut croire qu’un simple article de Vanity Fair ne pouvait pas suffire à bâtir un film…

 

emma-watson-the-bling-ring-le blog cinema de wildgunslinger

Katie-Chang-The-Bling-Ring-le blog cinema de wildgunslinger

The-Bling-Ring sofia coppola emma watson le blog cinema de wildgunslinger

Publicités

8 réflexions au sujet de « Critique: The Bling Ring »

  1. Bon je ne l’ai pas vu, mais déjà je trouvais léger de faire un film sur une bande d’ados crétins qui cambriolent des stars !!! Car l’histoire n’a aucun intéret à mon sens

    1. Un fiilm ou nous sommes pas vraiment d’accord Fred , tu le sais deja 😀 . Il me semble que t’avais pas aimé aussi Spring Breakers que j’apparente à celui-ci dans le trairement des personnages voire meme le sujet . Mais j’ai beaucoup aimé celui ci ^^

      1. Justement, pour moi ce film n’a rien à voir avec le catastrophique Spring Breakers, que je ne cite pas dans l’article pour cette raison.
        Il ressemblerait davantage à Tout ce qui brille, en mois bien.

  2. Je crois que les scènes de cambriolages manquent cruellement d’intensité, de sens…C’est ça qui est bien trop plat. Pour le reste, cette fascination du vide est plutôt bien retranscrite. Et si les personnages sont fades, c’est justement le propos du film je pense, il n’y a rien à creuser chez ce genre de personnes. Le personnage de la mère, je ne vois pas ce qu’il vient faire là dedans, complètement inutile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s