Critique: Le dernier pub avant la fin du monde (The world’s end)

Le dernier pub avant la fin du monde, laborieuse traduction de The world’s end, vient conclure la trilogie Cornetto, initiée par Edgar Wright et Simon Pegg en 2004 avec Shaun of the dead et poursuivie en 2007 avec Hot Fuzz.

Certains d’entre vous se demandent peut-être quel peut bien être le rapport entre le Cornetto et des comédies anglaises ?

Chacun des trois films de la trilogie fait référence à un Cornetto, en ce sens qu’un parfum est représenté dans chacun des trois longs-métrages.

La fraise et le rouge pour le gore dans Shaun of the dead, le bleu pour la police dans Hot Fuzz et le vert (chocolat menthe) pour les aliens dans The world’s end.

The world’s end met en scène un groupe de cinq amis se retrouvant après 20 ans, durant lesquels leurs vies ont pris des chemins bien distincts. Sur une idée de Gary (Simon Pegg), ils rallient la ville dans laquelle ils ont grandi, pour effectuer une tournée des 12 pubs de la bourgade, qui doit se terminer avec le bien nommé The world’s end. Ils ont pour ambition de réaliser le parcours en intégralité, exploit qu’ils avaient manqué 20 ans auparavant.

Les retrouvailles, déjà quelque peu difficiles, vont virer au cauchemar lorsque nos héros vont découvrir le terrible secret des habitants de la ville.

On retrouve au casting Simon Pegg et Nick Frost, mais aussi Martin Freeman (l’interprète de l’actuel docteur Watson), Paddy Considine, Eddie Marsan et Rosamund Pike.

Pierce Brosnan fera même une courte apparition.

The world’s end est une comédie plutôt réussie, qui évite les écueils du précédent volet, beaucoup trop long à démarrer.

Ici, le rythme est presque tonitruant, le personnage de Gary King (Simon Pegg) étant animé d’une énergie débordante du début à la fin.

Le duo Simon Pegg / Nick Frost est reconstitué et force est de constater qu’une fois l’aspect fantastique du film dévoilé, Frost se réveille à son tour.

Le talent comique et la verve de Pegg permettent au film d’être intéressant et prenant dès le début, quand bien même les autres personnages se montrent un peu ennuyeux. L’ensemble du groupe s’animera ensuite de façon plaisante une fois le pot aux roses découvert.

La mise en place, qui aurait pu plomber le rythme d’un quelconque autre film, s’avère ici efficace.

L’aspect comédie du film fonctionne bien, même si tous les gags ne se valent pas, loin s’en faut.

Non, vous ne rêvez pas, Martin Freeman porte bien une oreillette Bluetooth.
Non, vous ne rêvez pas, Martin Freeman porte bien une oreillette Bluetooth.

L’ambiance du film est le second point fort de The world’s end. L’idée du parcours à travers les pubs de la bourgade offre un contexte particulier et une multiplication des possibilités de situations loufoques.

La réflexion sur l’évolution des personnages, symbolisée par un Gary King resté coincé à l’âge adolescent quand ses amis ont mûri, manque quant à elle de finesse et d’originalité.

Le film aurait sans doute gagné à éviter cet angle, ne parvenant pas à proposer autre chose qu’un enchaînement de lieux communs.

Enfin, l’originalité du scénario, comme pour Shaun of the dead, viendra du mélange de la comédie avec un élément fantastique, ici plutôt bien intégré.

The world’s end se mue par moments en film d’action, grâce à quelques scènes de combats épiques.

Edgar Wright propose une mise en scène fluide et efficace, sans pour autant faire preuve de virtuosité. Le style est tout de même maîtrisé et surtout mois tape à l’œil et exubérant que dans l’agaçant Scott Pilgrim.

Edgar Wright et Simon Pegg (co-scénaristes) céderont tout de même à la facilité au moment de la conclusion de l’histoire, proposant un final un peu trop abrupt.

The world’s end est un bon divertissement, plaisant et porté par des acteurs en grande forme, visiblement investis dans le projet.

A voir, pas forcément en salles.

Note du film : 6,5/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « Critique: Le dernier pub avant la fin du monde (The world’s end) »

  1. Content que tu ais apprécié ce film et je me retrouve dans ton avis, même si je suis plus emballé que toi grâce à un scénario très malin et bien écrit, un casting excellent et une réalisation parfaite. Bonne petite critique tout de même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s